Recherche Mots Clés
 

Aspergillus versicolor

Microscope


Anamorphe
Aspergillus versicolor (Vuillemin) Tiraboschi

Synonyme
Sterigmatocystis versicolor Vuillemin

 
Généralité

Aspergillus versicolor a une large distribution dans la nature, surtout sur des substrats exposés à l'air humide ou à décomposition lente. Contaminant très fréquent sur la nourriture.

Elle peut se rencontrer dans les régions froides et les sols cultivés mais très peu dans les forêts.

Cette espèce a été isolée de substrats et habitats divers, entre autres :

  • audiovisuel (négatifs sur plaque de verre (vernis ou non),
  • caoutchouc (sous les tropiques A. versicolor contamine souvent le caoutchouc vulcanisé)
  • composants automoteurs
  • composants électroniques
  • cuir
  • équipement électrique
  • équipements et matériels de guerre
  • instruments optiques
  • matières synthétiques (plastiques, plastifiants, chlorure de vinyl)
  • papier
  • peinture murale
  • peinture sur chevalet
  • pierre
  • poussière atmosphérique
  • produits alimentaires (fromages, céréales, noix, farines, poissons séchés, épices)
  • sol (cultivé)
  • textile

A.versicolor est un champignon toxique et pathogène aussi bien pour l’homme que les animaux. Les aflatoxines qu’elle synthétise sont responsables de nombreux cancers.

A.versicolor est très sensible aux rayons gamma, puisqu’une réduction décimale est obtenue avec seulement 0,45 kGy.


 
Substrats
 
Toxines
 
Normes

    C'est une espèce de référence pour les normes :

    • NF T72-200
    • NF T72-201
 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5)  Colonies à croissance lente avec un thalle poudreux de couleur vert anglais bordé de blanc. Le revers est blanc verdâtre. Absence d’exsudat et de pigment soluble. Les têtes conidiennes moyennes-bisériées, radiées et globulaires (bleues) portent des phialides de 8 à 3 μm. Fructifications asexuelles moyennes. Les conidiophores (de 50 à 100 μm), incolores à complètement marrons sont lisses en général, à délicatement rugueux. Les conidies globuleuses et rugueuses ont de 2 à 4 μm de diamètre. Les vésicules de 12 à 15 μm sont typiquement ovoïdes à elliptiques, quelques-unes globuleuses. Bisérié strict, les phialides et métules abondantes sont incolores à vertes. Les conidies sont globuleuses à sous-globuleuses, moins fréquemment elliptiques, couramment échinulées. Des cellules de Hülle sont présentes chez certaines espèces, la plupart globuleuses à sous-globuleuses. Le milieu est légèrement acidifié par la croissance de l’espèce (pH final 5).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur milieu Czapek (pH 5,5)  Colonies à croissance lente d’aspect ras, translucide, plus touffu et de couleur verte au centre et branchiolé sur les contours. Le revers est marron rougeâtre. Parfois présence d’exsudat brun rougeâtre. Cellules de Hülle parfois présentes. L’espèce basidifie le milieu (pH final 8).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur milieu CYA (pH 5,5)  Colonies à croissance lente au départ, un peu moins par la suite, de couleur verdâtre. Le revers est brun à rouge-brun. Présence d’exsudat rouge, marron ou incolore et de pigment soluble rouge-brun. Le pH du milieu n’est pas modifié.



recto - 26°C

verso - 26°C





A. versicolor ne se développe pas à 37°C


Développement sur différents matériaux

A. versicolor se développe très bien sur tous les matériaux étudiés où elle prend une teinte verte.



A. versicolor sur cuir (chair)

A. versicolor sur cuir (fleur)

A. versicolor sur linters de coton

A. versicolor sur papier (acide)

A. versicolor sur papier (édition)

A. versicolor sur papier (journal)

A. versicolor sur parchemin

A. versicolor sur textile

A. versicolor sur toile de lin

 
Biologie

Aw 0,78

A. versicolor est une espèce xérophile et tonophile facultatif.

Les conidies germent entre 12 et 37°C. Au-dessous de 10°C la croissance est très faible, la température minimale de croissance est à 4°C. La température optimale se situe entre 21- 22°C ou 25 -30°C selon l'origine géographique de l’espèce. La température maximale est de 40°C.

Une très large gamme de pH est tolérée avec, en particulier, une très bonne tolérance aux pH alcalins.

La sporulation est favorisée par la présence de sucre (glucose, saccharose) et est inhibée par l'urée.

L’analyse de l’ADN montre que la souche contient 51,3-53% de GC.

Sa croissance est possible avec une concentration en NaCl de plus de 30% et en sucrose (saccharose) de 40%.



 
Biochimie

A. versicolor est une espèce faiblement cellulolytique. Par contre, elle peut décomposer rapidement la pectine et le xylane.

La souche peut utiliser les composés suivants comme source de carbone :

  • acide D- ou L-malique
  • amidon
  • fructose
  • galactose
  • glucose
  • maltose
  • paraffine
  • raffinose
  • saccharose
  • sulfate atropine

Composés synthétisés :

  • acide cyclopiazonique
  • aflatoxines
  • aspercoline
  • ergostérol
  • estérases
  • fructosan
  • manitol
  • méthoxystérigmatocystine
  • nidulotoxine
  • proline
  • riboflavine
  • stérigmatine
  • stérigmatocystine (responsables d'hépatocarcinomes et d'onchomycoses)
  • substances antifongiques et antibactériennes (ex : la versicolorine)


 
Bibliographie

Birbir M (1994) Mold strains isolated from unfinished and finished leather goods and shoes. JALCA, 89 (1), 14-19.

Botton B, Breton A, Fèvre M, Guy Ph Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Ed. Masson, p 114, 119, 120, 211, 214, 216, 217, 218, 237.

Calvo A, Guarro J, Suarez G, Ramirez C (1980) Air-borne fungi in the air of Barcelona (Spain). III. The genus Aspergillus Link. Mycopathologia, 71 (1), 41-43.

Domsch KH, Gams W, Anderson T-H (1993) Compendium of soil fungi, vol. 1, IHW-verlag Pub., 120-122.

Giovana et al. (1996) Problems in conservation of historic glass plate negatives : state of researches and possible developments. In Preprints of the, International conference on conservation and restoration of archive library materials, Erice , CCSEM , 22-29 Avril 1996. Rome : Instituto centrale per la patologia del libro,vol.1, 207-226.

Inoue M, Koyano M (1991) Fungal contamination of oil paintings in Japan. Int. biodet. and biodeg., 28 (1-4), 23-36.

Inoue M (1994) Fungal contamination of paint film and plastic wall covering. In Recent advances in biodeterioration and biodegradation, Biodeterioration and biodegradation of natural and synthetic products. Ed. Garg KL, Garg N & Mukerji KG, Calcutta : Naya PROKASH, vol 2, 71-80

Norholt MD, van Egmond HP, Soentoro P, Deijll E (1980) Fungal growth and the presence of sterigmatocystin in hard cheese. Assoc. Off. Anal. Chem. 63 (1), 115-119.

Novicova GM (1990) Papers of the conference on book and paper conservation held in Budapest , 4-7 september 1990. Technical association of paper and printing industry, National Szechenyi library, 515-532.

Pitt JI, Hocking AD (1999) Fungi and food spoilage. Second edition. A Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Marylan, 411-414.

Robledo MS (1991) Caracterizacion txonomica, distribucion y algunos aspectos fisiologicos de Aspergillus sp que deterioran documentos en el Archivo General de la Nacion. Thèse, Universidad Nacional Autonoma de México.

Saad RR, el-Gindy AA (1990) Fungi of the house dust in Riyadh, Saudi Arabia. Zentralbl. Mikrobiol. 145 (1), 65-68.

Samson RA, Hoekstra ES, Frisvad JC, Filtenborg O (1996) Introduction to food-borne fungi. Fifth edition. Centralbureau voor schimmelcultures, Baarn, Delft, 80, 245, 246, 247, 252.

Subramanian CV (1983) Hyphomycetes : Taxonomy and Biology. Academic Press Inc., p. 340, 356, 357, 387, 399, 400.