Recherche Mots Clés
 

Aspergillus ustus

Microscope

Anamorphe
Aspergillus ustus (Bainier) Thom & Church

 
Généralité

Aspergillus ustus est l'une des espèces du sol parmi les plus ubiquistes, mais on la trouve plus fréquemment dans les zones tropicales et subtropicales.

Sa présence indique une déficience du sol car elle est très destructive et pousse là où d'autres n'y arrivent pas.

C’est le principal contaminant des sols cultivés mais on la trouve également dans d’autres habitats :

  • forêts
  • mer
  • terrains salés et milieux alcalins
  • déserts
  • habitats peu courants comme le sol récemment déglacé en Alaska

Par ailleurs, elle a été isolée de divers substrats :

  • caoutchouc
  • carton
  • plantes (lupin, luzerne, cultures vivrières [betterave, coton, canne à sucre, pommes de terre ...])
  • matières synthétiques (plastifiants)
  • papier
  • plumes d'oiseaux vivants
  • produits alimentaires (produits réfrigérés, fruits secs, noix, fromages, agrumes, semences et céréales…)

A. ustus n’est pas une espèce pathogène mais elle peut se rencontrer sur des infections cutanées chez des individus immunodéficitaires.

Les herbicides contenant des bases d’aniline sont métabolisés avec des ions aniline et/ou des ions chlorure comme produits de dégradation.


 
Substrats
 
Toxines
 
Normes

    C’est une souche de référence pour la norme NF X41-517.

 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5)  Colonies d’aspect velouté de couleur gris-olive à vert-mousse avec des lignes concentriques bien marquées allant du vert plus foncé au vert clair. Les conidiophores marron à parois lisses peuvent mesurer jusqu'à 400 μm de long. Les têtes conidiennes columnaires à la maturité portent des vésicules hémisphériques ou globuleuses en général pigmentées. Les conidies de 3,2 à 4,5 μm de diamètre sont globuleuses et rugueuses. Présence de cellules de Hülle hyalines, irrégulièrement allongées, dispersées dans la colonie. Le pH du milieu reste inchangé après le développement de l’espèce (pH final 6).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur milieu Czapek (pH 5,5)  Colonies à croissance modérée, d’aspect velouté mais moins dense que sur les autres milieux, de couleur vert-marron avec une alternance de zones concentriques claires. La croissance de l’espèce basidifie le milieu (pH final 8).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur milieu CYA (pH 5,5)  Colonies à croissance rapide dont le thalle épais d’aspect velouté de couleur vert mousse présente des lignes concentriques et des contours clairs. Parfois émission d’un pigment jaunâtre. L’espèce ne modifie pas le pH du milieu (pH final 6).



recto - 26°C

verso - 26°C





A. ustus ne se développe pas à 37°C.


Développement sur différents matériaux

A. ustus se développe beaucoup mieux sur le parchemin et le papier journal que sur les autres matériaux. Sa croissance sur le papier édition est moins rapide et est très faible sur le tissu en coton. Elle est de couleur vert mousse sur tous les matériaux étudiés.



Aspergillus ustus sur textile

 
Biologie

Espèce non xérophile

A. ustus vit dans des sols à pH 6-7,5.

A.ustus peut sporuler sans lumière, mais la production de cellules de Hülle est totalement photosensitive. Les températures minimale, optimale et maximale de croissance sont respectivement de 6-7°C, 25-28°C et 41-42°C. Une exposition de 25 min à 62 °C, tue complètement l’espèce.

L'utilisation de sucre et la dégradation de l'amidon ou des protéines sont optimales à 25°C, faibles à 15°C, et encore bonnes à 35°C.

L’analyse de l’ADN montre que la souche est constituée de 53% de GC.

A. ustus est très sensible au CO2



 
Biochimie

A.ustus utilise comme source de carbone :

  • fructose
  • lactose
  • paraffine
  • polyvinylacetate
  • simazine

et le (NH4)2SO4 comme source d’azote.

Composés synthétisés :

  • acide kojique
  • acide ustique
  • austamide
  • austdiol (toxine gastrointestinale)
  • austines
  • autocystines
  • dextrane (production inhibée par la présence d'autres sources de carbone et certains alcools de sucre)
  • pyridoxine
  • riboflavine
  • stérigmatocystine

Elle peut dégrader l'amidon ainsi que la cellulose sous différentes formes.

A.ustus peut inhiber la croissance de certains microorganismes comme Staphylococcus aureus et des champignons microscopiques comme Sporothix schenckii, Scopulariopsis brevicaulis, Candida albicans et Sclerotinia sclerotiorum.



 
Bibliographie

Botton B, Breton A, Fèvre M., Guy Ph. Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Ed. Masson, p 117, 118, 216, 218.

Domsch KH, Gams W, Anderson T-H (1993) Compendium of soil fungi, vol. 1, IHW-verlag Pub., 117-119.

Pitt JI, Hocking AD (1999) Fungi and food spoilage. Second edition. A Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Marylan, 407-409.

Rabie CJ, Steyn M, van Schalkwyk GC (1977) New species of Aspergillus producing sterigmatocystin. Appl. Environ. Microbiol. 33 (5), 1023-1025.

Ricci RM, Evans JS, Meffert JJ, Kaufman L, Sadkowski LC (1998) Primary cutaneous Aspergillus ustus infection : second reported case. J. Am. Acad. Dermatol. 38 (52), 797-798.

Samson RA, Hoekstra ES, Frisvad JC. Filtenborg O (1996) Introduction to food-borne fungi. Fifth edition. Centralbureau voor schimmelcultures, Baarn, Delft, 78.

Stiller MJ, Teperman L, Rosenthal SA, Riordan A, Potter J, Shupack JL, Gordon MA (1994) Primary cutaneous infection by Aspergillus ustus in a 62-year-old liver transplant recipient. J. Am. Acad. Dermatol. 31 344-347.

Subramanian CV (1983) Hyphomycetes : Taxonomy and Biology. Academic Press Inc., p. 312, 341, 343, 345, 354, 392, 399, 400, 405.