Recherche Mots Clés
 

Aspergillus terreus

Microscope

Anamorphe
Aspergillus terreus Thom

 
Généralité

A. terreus a une répartition mondiale avec une prévalence dans les zones tropicales et sub tropicales.

Il s’agit d’un champignon tellurique contribuant à la décomposition de la matière organique en raison de ses activités cellulolytique, lipolytique, et amylolytique.

Aspergillus terreus appartient au groupe des A. flavipes

Avec une distribution qui s’étend au monde entier, c'est l'espèce la plus fréquemment isolée des sols de culture mais elle se trouve aussi dans les sols non cultivés. Elle est très fréquemment rencontrée sous les climats tropicaux et subtropicaux comme contaminant dans les aires de stockage alimentaires.

Ce champignon a été isolé de substrats et habitats divers, entre autres :

  • bois (bois sec, bois exposé à l'eau de mer)
  • climatiseur
  • cuir
  • fèces humaines fraîches
  • fourrages
  • matière végétale en décomposition
  • matières synthétiques (plastifiants)
  • nids d'oiseaux
  • papier (papier et pulpe de papier)
  • poussière atmosphérique
  • produits alimentaires (grains stockés, céréales, pomme de terre, fruits frais et secs, huile de noix de coco, épices, produits réfrigérés…)
  • sol (cultivé ou non)
  • textile (fibres végétales)

C’est une espèce pathogène qui provoque des aspergilloses, des otomycoses, des onchomycoses, des abcès à la racine aortique et diverses affections épidermiques.

L’ingestion de produits contaminés par les rongeurs provoque leur mort et un avortement chez les bovins. Elle est la cause de mastite chez la chatte et d’aspergillose chez le perroquet, les lapins et même les abeilles.

Par ailleurs, des études ont montré que A. terreus a un effet antiviral sur le virus de l’Herpès avec une activité évidente pendant la reproduction du virus. Cette activité est nulle quand les virus sont en dehors des cellules.

On lui confère également des propriétés antibiotiques et bactéricides.

A. terreus inhibe la croissance de plusieurs bactéries comme Trichophyton mertagrophytes et Sporothrix schenckii.


 
Substrats
 
Pathologies
 
Toxines
 
Enzymes
 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH initial 5)  Colonies à croissance modérée (atteint 78 cm en 21 jours) d’aspect velouté, de couleur blanche au départ pour devenir cannelle à orange-marron en vieillissant. Le revers est crème à faiblement orangé. Emission d’un pigment jaunâtre dans le milieu. Les conidiophores de 100 à 250 μm de long, avec des parois lisses, hyalines portent des vésicules hémisphériques. Les têtes conidiennes sont bisériées, très longues, cylindriques et très compactes. Les phialides mesurent 5-7 x 1,5-5 μm. Les conidies de 1,5 à 2,5 μm de diamètre sont lisses, globuleuses jusqu’à ellipsoïdales et de couleur hyaline à légèrement jaune. On observe une émission de pigment jaune dans le milieu pendant la croissance l’espèce. Cette espèce acidifie légèrement le milieu (pH final 4).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur milieu Czapek (pH initial 6)  Colonies bombées avec des rides partant du centre jusqu’à la marge, de couleur crème au centre et blanche en périphérie. On observe l’apparition d’exsudats jaunes en vieillissant. Le revers est craquelé, de couleur orange foncé. L’espèce basidifie le milieu (pH final 8).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur milieu CYA (pH initial 6)  Colonies dont la croissance est la plus rapide par rapport aux autres milieux. Espèce d’aspect velouté, très blanche avec en vieillissant l’apparition d’un anneau d’exsudats de couleur jaune citron (jaune fluo) en périphérie. Le revers est de couleur crème orangé. L’espèce basidifie ce milieu (pH final 7,5).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C






Développement sur différents matériaux

La plus forte croissance est observée sur le parchemin. Sur les autres matériaux, la croissance est bonne sauf sur le textile en coton sur lequel l’espèce pousse moyennement. Excepté sur le tissu en coton où elle est jaunâtre, sur les autres matériaux, A. terreus est d’abord blanche puis se teinte légèrement en beige en sporulant.



Aspergillus terreus sur cuir (fleur)

Aspergillus terreus sur toile de lin

Aspergillus terreus sur papier journal

 
Biologie

Aw. 0,78

A.terreus est une espèce xérophile.

Les températures minimale, optimale et maximale de croissance sont respectivement de 11-13°C, 35-40°C et 45-48°C.

Elle peut se développer sur une gamme de pH assez large (2 à 8), cependant une croissance optimale est obtenue à pH 5-6.

In vitro, quoiqu’elle se développe bien sur la plupart des milieux, sa croissance est meilleure en présence de sucre (glucose, saccharose).

L’analyse de l’ADN montre que l’espèce est constituée de 55-57 % GC.



 
Biochimie

A. terreus est une espèce cellulolytique et kératinophile.

Composés synthétisés :

  • acide carboxylique
  • acide citrique
  • acide itaconique
  • acide itatartarique
  • acide oxalique
  • acide succinique
  • acide terréique (antibiotique)
  • citréoviridine (antibiotique)
  • citrinine (antibiotique)
  • clavacine (antibiotique)
  • erdine et molécules voisines (antibiotique)
  • flavipine (antibiotique)
  • géodine (antibiotique)
  • gliotoxine
  • lipases
  • mévinoline
  • patuline (antibiotique)
  • phosphatases
  • phytases
  • sidéramine ferrichrysine (antibiotique)
  • terrecine (antibiotique)
  • terréine (antibiotique)
  • terretonine (antibiotique)
  • territrem A (antibiotique)
  • versicolorine
  • β-glucosidases

Les substances anti-bactériennes ont une toxicité variable.

En milieu liquide, elle peut excréter du galactose et du mannose.

Elle possède une grande habilité pour décomposer l'arabinoxylane.



 
Bibliographie

Abdel-Hafez SI, Moubasher AH, Barakat A (1990) Keratinophilic fungi and other moulds associated with air-dust particles from Egypt. Folia Microbiol. (Praha) 35 (4), 311-325.

Botton B, Breton A, Fèvre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Ed. Masson, p 102, 117, 118, 214, 216, 218.

CAB International Mycolocical Institute (1984) Biodeterioration 6. Proceeding of the sixth international biodeterioration symposium. August 1984. p 162, 275, 280, 303, 364.

Calvo A, Guarro J, Suarez G, Ramirez C (1980) Air-borne fungi in the air of Barcelona (Spain). III. The genus Aspergillus Link. Mycopathologia 71 (1), 41-43.

Domsch KH., Gams W, Anderson T-H (1993) Compendium of soil fungi, vol. 1, IHW-verlag Pub., 114-117.

Gallo F (1994) Recherche sur certains facteurs-clés dans la détérioration biologique des livres et des documents. Actes des 2 èmes journées internationames d’études de l’ARSAG. Environnement et conservation de l’écrit, de l’image et du son. 16-20 Mai 1994. PARIS. p 63-69

Hall L, Denning DW (1994) Oxygen requirements of Aspergillus species. J. med. microbiol. (41). p 311-315.

Iwen PC, Rupp ME, Lagnaas AN, Reed EC, Hinrichs SH (1998) Invasive pulmonary aspergillosis due to Aspergillus terreus : 12-year experience and review of the literature. Clin. Infect. Dis. 26(5), 1092-1097.

Koshi G, Cherian KM (1995) Aspergillus terreus, an uncommon fungus causing aortic root abscess and pseudoaneeurysm. Indian Heart J., 47 (3), 265-267.

Onions AHS, Allsopp D, Eggins HOW (1981)Smith’s introduction to industrial mycology. (Seventh Edition). British library cataloguing in publication data. p 207, 208, 272, 338, 352.

Oshima M, Soda H, Oda H, Watanabe A (1997) A case of allergic bronchopulmonary aspergillosis caused by Aspergillus terreus. Nippon Kyobu Shikkan Gakkai Zasshi 35 (12), 1418-1424.

Pastac IA (1942) Les matières colorantes des champignons. (revue de mycologie). Imprimerie Monnoyer. p 9

Pitt JI, Hocking AD (1999) Fungi and food spoilage. Second edition. A Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Marylan, 407-409.

Pugliese A, Vidoto V, Comito G, Corgnati F, Torre D (1995) Effects of Aspergillus terreus extract on herpes simplex 1 virus replication. Chemother 7 (1), 33-37.

Pushalkar S, Rao K, Menon K (1995) Production of betta-glucosidase by Aspergillus terreus. Curr. Microbiol. 30 (5), 255-258.

Raper KB, Fennell DI (1965) The genus Aspergillus. The Williams & Wilkins Compagny. p 34, 99, 135, 136, 565, 567-557

Saad RR, el-Gindy AA (1990) Fungi of the house dust in Riyadh, Saudi Arabia. Zentralbl. Mikrobiol. 145 (1), 65-68.

Samson RA, Hoekstra ES, Frisvad JC, Filtenborg O (1996) Introduction to food-borne fungi. Fifth edition. Centralbureau voor schimmelcultures, Baarn, Delft, 76, 246, 247, 256.

Shindia AA (1997) Mevinolin production by some fungi. Folia Microbiol. (Prahar), 42 (5), 477-480.

Subramanian CV (1983) Hyphomycetes : Taxonomy and Biology. Academic Press Inc., p. 312, 354, 399, 400.