Recherche Mots Clés
 

Aspergillus nidulans

Microscope

Anamorphe
Aspergillus nidulans (Eidam) Winter

Téléomorphe
Emericella nidulans (Eidam) Vuillemin

Synonyme
Aspergillus nidulellus Samson & Gams

 
Généralité

Aspergillus nidulans est un champignon cosmopolite et trouve son principal habitat sur les matériaux à décomposition lente.

Contaminant fréquent sur la nourriture et dans le sol, il est également isolé de substrats et habitats divers, entre autres :

  • audiovisuel (photographies, négatifs, plaques de verre non vernis)
  • carton
  • cuir
  • matières synthétiques
  • métaux
  • papier
  • peinture
  • produits alimentaires (fruits, semences, grains de céréales, de café, de riz, de maïs…)
  • textile (laine, coton)

A. nidulans est une espèce pathogène aussi bien pour les humains que pour les animaux, provoquant des atteintes des voies respiratoires : aspergilloses bronchopulmonaires, asthme, alvéolites allergiques.


 
Substrats
 
Pathologies
 
Toxines
 
Normes

    C'est une espèce de référence pour la norme NF X41-501

     

 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5)  Colonies à croissance rapide avec un thalle d’aspect poudreux, vert cresson devenant foncé et brun, surmonté d'une structure floconneuse blanche au centre. Le revers est orangé légèrement vert au centre devenant brun-rouge en vieillissant. Absence d’exsudat et de pigment soluble. Les têtes conidiennes sont courtes, petites, profondément colonniformes de couleur vert-jaune, mais occasionnellement vert-bleuâtre. Les conidiophores couramment sinueux sont courts, abondants de couleur marron, à parois lisses mais de temps en temps des concrétions en surface. Les vésicules hémisphériques ou en forme de flacon, sont souvent globuleuses ou aplaties aux apices. Bisériés strictes, ses phialides et métules sont de même couleur que les conidiophores et les vésicules. Les conidiospores globuleuses à échinulées ou rugueuses, moins fréquemment sous-globuleuses ont la plupart entre 2,5 à 4,0 μm de diamètre. Les cléistothèces globuleux (de 50 à 100 μm de diamètre) généralement couverts par une épaisse masse de cellules de Hülle peuvent être absents. Les ascospores aux nuances rouge-orangé à bleu-violet, avec des crêtes équatoriales ont des surfaces convexes lisses à ornementées. L’espèce abaisse légèrement le pH du milieu (pH final 6).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur milieu Czapek (pH 5,5)  Colonies à croissance rapide, de couleur verte au départ devenant ocre très foncée par la suite. Le revers est rouge-marron. L’espèce basidifie le milieu en se développant (pH final 8).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur milieu CYA (pH 5,5)  Colonies à croissance rapide, de couleur vert marron clair, surmontées par de nombreuses cellules de Hülle. Le revers est marron orange. Emission d’exsudats de couleur rouge-brun. Production d’un pigment soluble violet. Le milieu est bacidifié par la croissance de l’espèce (pH final 8).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C






Développement sur différents matériaux

A. nidulans se développe très bien sur l’ensemble des matériaux étudiés sauf sur le tissu pur coton où la croissance est assez lente et sur lequel l’espèce prend une couleur marron. Sur les autres matériaux, elle est verte avec quelques touffes de mycélium blanc.



Aspergillus nidulans sur cuir (dessus)

Aspergillus nidulans sur papier (coton)

Aspergillus nidulans sur papier (édition)

Aspergillus nidulans sur papier (journal)

 
Biologie

Aw 0,78

A. nidulans est une espèce xérophile.

Elle est capable de se développer sous une gamme de température assez large allant de 6 à 48°C avec une optimum de croissance entre 30 et 35 °C.

Pour obtenir des conidies, les meilleures sources de carbone sont : glucose, saccharose, raffinose et mannitol.



 
Biochimie

C’est une espèce cellulolytique.

E. nidulans est capable de dégrader le PVC et le mazout.

Ce champignon est nocif.

Composés synthétisés :

  • arginine
  • aspergilline
  • cordycépine (antibiotique)
  • déchloroniduline
  • émericelline
  • émestrine
  • ermestrine
  • niduline
  • nidulotoxine
  • nidurufine
  • pénicilline (antibiotique)
  • riboflavine
  • stérigmatocystine (carcinogène hépathique)
  • versicolorine
  • ε-lactone asperline (antibiotique)


 
Bibliographie

Birbir M (1994) Mold strains isolated from unfinished and finished leather goods and shoes. JALCA, 89 (1), 14-19.

Botton B, Breton A, Fèvre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles, importance industrielle. Ed. Masson, p 82, 325, 326, 331-337.

Giovana et al. (1996) Problems in conservation of historic glass plate negatives : state of researches and possible developments. In Preprints of the International conference on conservation and restoration of archive library materials, Erice, CCSEM , 22-29 Avril 1996. Rome : Instituto centrale per la patologia del libro,vol.1, 207-226.

Novicova GM (1990) Papers of the conference on book and paper conservation held in Budapest, 4-7 september 1990.Technical association of paper and printing industry ; National Szechenyi library, 515-532.

Pitt JI, Hocking AD (1999) Fungi and food spoilage. Second edition. A Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Marylan, 345-347.

Robledo MS (1991) Caracterizacion taxonomica, distribucion y algunos aspectos fisiologicos de Aspergillus sp que deterioran documentos en el Archivo General de la Nacion. Thèse. Facultad de Ciencias Universidad Nacional Autonoma de Mexico. Mexique.

Samson RA, Hoekstra ES, Frisvad JC, Filtenborg O (1996) Introduction to food-borne fungi. Fifth edition. Centralbureau voor schimmelcultures, Baarn, Delft, 32.

Subramanian CV (1983) Hyphomycetes : Taxonomy and Biology. Academic Press Inc., p, 312, 318, 340, 387.