Recherche Mots Clés
 

Stachybotrys chartarum

Microscope

Anamorphe
Stachybotrys chartarum (Ehrenberg) Hughes

Téléomorphe
Melanopsamma pomiformis (Persoon) Saccardo

Synonyme
Stachybotrys atra Corda
Stachybotrys alternans Bonorden
Stachybotrys lobulata Berkeley
Synsporium biguttatum Preuss
Oidium chartarum Ehrenberg
Stilbospora chartarum Ehrenberg

 
Généralité

Stachybotrys chartarum est une espèce ubiquiste à distribution mondiale. Elle est généralement trouvée dans le sol, sur les substrats cellulosiques ou sur le matériel végétal en décomposition.

Ce champignon a été isolé de substrats et habitats divers, entre autres :

  • céréales (maïs, orge, avoine, blé)
  • cheveux, chitine
  • écorce et feuilles de citrus
  • excréments
  • feuilles de palmes
  •  fourrage (paille, foin)
  •  fresques
  • fruits
  • légumes (haricots, Luzerne, petit pois, choux-fleur, arachide)
  • matière végétale en décomposition
  • mines de d’uranium, de cuivre, de craie
  • murs en plâtre
  • papier
  • racine du coton
  • sol
  •  textiles (lin, laine)

Stachybotrys chartarum provoque des stachybotryotoxicoses qui sont de sévères intoxications parfois mortelles dont les symptômes sont très variés : dérangement des voies respiratoires (bronchite, asthme, toux) inflammation des membranes (fièvres, maux de tête, fatigue, maux de tête), irritations oculaires et de la peau, vertiges, troubles du rythme cardiaque. Ces empoisonnements sont dus à la sécrétion de trichotécène qui est une mycotoxine parmi les plus toxiques. Les principaux effets toxiques de ce champignon ont été qualifiés d'apparentés aux radiations : inhibition de la synthèse d'ADN, ARN et de protéines, inhibition de la mitose et destruction cellulaire et suppression immunitaire. Stachybotrys chartarum est également responsable d’hémosidéroses.

La germination de ses conidies est inhibée par un sol mycostatique.

Ce champignon résiste remarquablement aux irradiations UV.

Enfin, la présence de ce champignon sur les matériaux de construction est un indicateur sur les dommages causés par l’humidité.

Sa croissance est inhibée in vitro par Memnoniella echinata.

 


 
Substrats
 
Pathologies
 
Toxines
 
Enzymes
 
Normes

    C’est une espèce de référence pour les normes suivantes :

    • NF X 41-501
    • NF X 41-520
    • NF X 41-513
    • NF X 41-600

 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5) Colonies gris-noires à croissance lente, d’aspect velouté. Les conidies en amas à paroi fine mesurent 3-4 x 5-7 µm et sont noires et ruqueuses, en forme de citron légèrement pointu aux extrémités. Les phialides de 3-4 x 5-7 µm, sont piriformes et granuleuses. Les conidiophores sont septés et rugueux. Apparition d’un liseré blanc sur le bord et de petites gouttes de condensation à la base de la surélévation. La croissance de la souche abaisse le pH du milieu (pH final 5,5).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur CYA (pH 5,5) Colonies grisâtres, d’aspect velouté à croissance lente avec des bords irréguliers et un centre blanc et surélevé. Les conidies sont grises. La croissance de la souche fait augmenter le pH du milieu (pH final 7).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C

Sur Czapeck Z (pH 5,5) Colonies à croissance lente, marron-noires à bords irréguliers, d’aspect velouté. Les conidies sont de couleur marron. La croissance de la souche fait augmenter légèrement le pH du milieu (pH final 6,5).



recto - 26°C

verso - 26°C

recto - 37°C

verso - 37°C






Développement sur différents matériaux

S. chartarum se développe rapidement et abondamment sur le parchemin, le coton, le papier journal et le papier d’édition. Par contre sur le papier acide, le lin et le cuir la croissance est très diminuée. La souche est généralement de couleur marron-noire, formant des colonies en forme de petits amas.



Stachybotrys chartarum sur du textile en coton

Stachybotrys chartarum sur du cuir (côté chair)

Stachybotrys chartarum sur du cuir (côté fleur)

Stachybotrys chartarum sur un textile en lin

Stachybotrys chartarum sur du papier acide

Stachybotrys chartarum sur du papier édition

Stachybotrys chartarum sur du papier journal

Stachybotrys chartarum sur du parchemin

 
Biologie

Aw : 0,95

La température optimale de croissance est à 23-27°C. Les températures minimales et maximales sont respectivement à 2-7 °C et 37-40 °C. L’espèce meurt après une exposition de 30 min à 60°C. La température optimale pour décomposer la cellulose est de 30 °C.

 



 
Biochimie

S. chartarum est une espèce cellulolytique.

Elle peut utiliser les éléments suivant comme source de carbone :         

  • cellulose
  • cellophane
  • fructose
  • méthyle cellulose
  • saccharose

Elle peut utiliser les éléments suivant comme source d’azote 

  • ammonium
  • groupe d’amine
  • groupe d’imidazole
  •  nitrate
  • pyrrolidine

Composés synthétisés :

  • cellulase (s)
  • cellobiase
  • ß-glucosidase
  • laccase
  • phénol oxydase (s)
  • polygalacturonase (s)
  • stachyrase
  • acide (s) carboxylique (s)
  • hydroxibenzène (s)
  • polymères humiques acides
  • polymères phénoliques
  • campestérole
  • cyclosporine (s)
  • roridine
  • ß-sitostérole
  • sporidesmine G
  • stachybotoxine
  • stachybotryolactone
  • satratoxines G et H
  • stigmastérole
  • trichoverrine (s)
  • trichoverrole (s)
  • verrucarine (s)

 



 
Bibliographie

Aleksic B, Bailly S, Draghi M, Pestka JJ, Oswald IP, Robine E, Bailly JD, Lacroix MZ (2016) Production of four macrocyclic trichothecenes by Stachybotrys chartarum during its development on different building materials as measured by UPLC-MS/MS, Building and Environment 106: 265–273.

 

Andersen B (2002) Characterization of Stachybotrys from water-damaged buildings based on morphology, growth and metabolite production, Mycologia 94(3), 392-403.

Barron GL (1972) The genera of hyphomycetes from soil. Robert.E. Krieger publishing Compagny, New York, 320 pp.

Botton B, Breton A, Fevre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Masson Ed. Paris, p. 198-199, 216.

Cahagnier B (1998) Moisissures des aliments peu hydratés. Collection Sciences et techniques agroalimentaires. Lavoisier technique et documentation Eds., Paris, 75.

Domsch KH, Gams W (1993) Compendium of soil fungi. Volume 1. IHW Verlag Ed., 742-745.

Foladi S, Hedayati MT, Shokohi T, Mayahi S (2013) Study on fungi in archives of offices, with a particular focus on Stachybotrys chartarum, Journal de Mycologie Médicale / Journal of Medical Mycology 23(4): 242-246.

Jarvis BB, Sorenson WG, Hintikka E-L, Nikulin M, Zhou Y, Jiang J, Wang S, Hinkley SF, Etzel RA, Dearborn DG (1998) Study of toxin production by isolates of Stachybotrys chartarum and Memnoniella echinata isolated during a study of pulmonary hemosiderosis in infants. Applied and Environmental Microbiology 64, 3620-3625.

Johanning E, Morey PR, Jarvis BB (1993) Clinical Epidemiological Investigation of Health Effects caused by Stachybotrys Atra Building Contamination. Proceedings of Indoor Air 1, 225-230

Onions AHS, Allsopp D, Eggiens HOW (1981) Smith’s introduction to industrial mycology,. Edward Arnold Ed. Seven Edition, 154-155.

Pitt JI (2000) Toxigenic fungi and mycotoxins. British Medical Bulletin 56, 184-192.

Samson RA, Hoekstra E, Frisvad JC, Filtenborg O (1995) Introduction to food-borne fungi. Centraalbureau voor schimmelcultures, Baarn, Fifth edition, 178-179.

Subramanian CV (1983) Hyphomycetes. Taxonomy and biology. Academic Press, London, 336-337.