Recherche Mots Clés
 

Penicillium variabile

Microscope

Anamorphe
Penicillium variabile Sopp

 
Généralité

Penicillium variabile est une espèce ubiquiste. Il est très sensible aux sols mycostatiques.  

Ce champignon a été isolé de substrats et habitats divers, entre autres :

  • papier
  • pulpe de bois et de papier
  • sols
  • fumier de lapin
  • objectifs optiques
  • fruits (noix de coco, banane), jus de fruits
  • légumes (tomates, haricots, trèfle, sorgho)
  • canne à sucre
  • vigne
  • fourrage (luzerne, avoine)
  • céréales (blé, maïs, riz, orge), farine de blé
  • truffières
  • cosses d’arachides, noix de pékan, noix
  • fromages
  • sédiments des fleuves, marais, mangrove
  • eaux polluées

Penicillium variabile produit une mycotoxine, la rugulosine, dont les effets ne sont pas encore bien connus.

La cellulose du coton n’est pas dégradée par cette espèce. Elle inhibe faiblement la croissance de la bactérie S. aureus. Elle a également une certaine activité antagoniste sur certaines moisissures et bactéries.


 
Substrats
 
Toxines
 
Enzymes
 
Description et croissance

Sur milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5) Colonies à croissance lente d’aspect velouté et de couleur jaune soufre avec des bords blancs. Le revers est jaune à brun-orangé. Les phialides en forme de bouteille allongée et renflée à la base, mesurent 3-4,5 x 10-16 µm. Les métules de 2,5-4 x 10-15 µm, sont à paroi fine, supportant deux à quatre phialides. Les conidies elliptiques à fusiformes mesurent 2,5-5 x 3-8 µm et sont jaune-citron, à paroi fine et légèrement rugueuse. La croissance de la souche diminue le pH du milieu (pH final 5,5).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur CYA (pH 5,5) Colonies à croissance rapide, d’aspect velouté légèrement duveteux au centre, jaune-beige à blanches nacrées. Avec le temps, apparaît une bordure jaune pastel. Le revers est jaune à brun-orangé. La souche ne modifie pas le pH du milieu (pH final 6).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur Czapeck (pH 5,5) Colonies blanches d’aspect velouté, à croissance lente avec des bords irréguliers. La souche augmente le pH du milieu (pH final 7)



recto - 26°C

verso - 26°C





P. variabile ne se développe pas à 37°C


Développement sur différents matériaux

P. variabile se développe bien sur le papier journal et le papier acide. Par contre la croissance est relativement faible sur le papier d’édition, le coton, le lin et le cuir (côté fleur) et quasi nulle sur le parchemin et le côté chair du cuir. L’espèce forme des jaunissements sur le coton, le papier d’édition, et le papier acide. La souche est blanche sur le lin, le papier acide et le papier journal et marron clair sur les autres matériaux.



P. variabile sur textile coton

P. variabile sur lin

 
Biologie

Aw : 0,86

Sa température optimale de croissance est de 25°C. P. variabile ne survit pas à un traitement à 60 °C pendant 1 h. Il ne se développe pas à 5 °C, ni à des pH inférieurs à 2 ou supérieurs à 10.



 
Biochimie

P. variabile utilise les éléments suivant comme source de carbone : l’amidon, l’α-cellulose et le méthyle cellulose.

Elle utilise le nitrite comme source d’Azote.

Présente une activité protéolytique et une tolérance aux tannins très importante.

Composés synthétisés :

  •  acide gluconique
  • catalase
  • cellulase (s)
  •  ferrirubine
  • glucose oxydase
  • ochratoxine A
  • patuline
  • skyrine
  •  rugulosine



 
Bibliographie

Botton B, Breton A, Fevre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Masson Ed. Paris, 188-189.

Domsch KH, Gams W (1993) Compendium of soil fungi. Volume 1. IHW Verlag Ed., 603-604.

Flannigan B, Samso RA, Miller JD (2001) Microorganisms in Home and Indoor Work Environments, Diversity, health Impact, Investigation and Control. CRC Press, p. 418,419.

Onions AHS, Allsopp D, Eggiens HOW (1981) Smith’s introduction to industrial mycology,. Edward Arnold Ed. Seven Edition, 246.

Pitt JI, Hocking AD (1999) Fungi and food spoilage. A. Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Maryland, Second edition, 336-338.

Samson RA, Hoekstra E, Frisvad JC, Filtenborg O (1995) Introduction to food-borne fungi. Centraalbureau voor schimmelcultures. Baarn, Fifth edition, 164-165.

Samson RA, Pitt JI (2000) Intregration of Moderne Taxonomic Methods for Penicillium and Aspergillus classification. Harward Academic Press, p. 288, 291.