Recherche Mots Clés
 

Chrysosporium pannorum

Microscope

Synonyme

Aleurisma carnis Bisby
Aleurisma lugdunense Vuillemin
Corethropsis hominis Vuillemin
Geomyces auratus Traeen
Geomyces cretaceus Traeen
Geomyces pannorum Sigler & Carm.


 
Généralité

Chrysosporium pannorum est un champignon cosmopolite, retrouvé dans les régions tempérées aussi bien que dans l’Arctique et l’Antarctique, particulièrement dans les régions d’haute altitude à l’exception des régions tropicales et subtropicale. Il est fréquent dans l’air et dans les sols, spécialement dans les forêts où elle joue un rôle important de décomposition de la litière.

Cette espèce a été isolée de substrats et habitats divers, entre autres :

  • caves
  • coton
  • cuir
  • derme humain
  • eaux : eau courante, eau salée
  •  fruits et légumes
  •  laine
  •  matériaux ornithogéniques
  • nids d’oiseaux (plumes et pelotes),
  • papier, limon des moulins à papier, bois
  • poussière, détritus
  • sable (bacs à sable)
  • sols : forêts, pelouses, végétation des steppes, jardins, sols arables, sols salins
  •  terrains de Golf
  •  viande surgelée

Chrysosporium Pannorum est une espèce toxique pouvant pénétrer l’hyphe des cheveux dans les cultures pures. Elle est rarement responsable de dermatomycoses ou d’onychomycoses chez les hôtes immunodéprimés.

Chrysosporium Pannorum est une espèce halotolérante, xérophile et psychrophile. Sa croissance se fait préférentiellement à des températures faibles : dans les forêts elle se développe pendant les mois d’hiver et peut croitre à des températures inférieures à 0°C.

Elle est résistante aux fongicides organo-mercuriaux


 
Substrats
 
Pathologies
 
Toxines
 
Enzymes
 
Description et croissance

Sur le milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5) La croissance est lente et peu extensive. Les colonies ont un aspect lisse et visqueux. Elles présentent une élevure centrale, surmontée par des touffes de mycélium aérien. La couleur varie du blanc au jaunâtre. Le revers est jaune et uniforme. Les conidiophores émergent de l’hyphe aérien ou submergé. Ils mesurent jusqu’à 50 µm de long et donnent naissance à une ou plusieurs chaînettes de 2 à 4 arthroconidies. Elles sont finement rugueuses, alternées et séparées par des cellules stériles. Elles se terminent par une conidie à base tronquée. Les conidies sont de petite taille 2-6 x 2-4 µm, unicellulaires, de couleur claire, à paroi épaisse ou verruqueuse. La croissance de la moisissure acidifie légèrement le pH du milieu (pH final 4,5).



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu Czapeck (CZ) (pH 5,5) La croissance est lente. Le thalle est étroit, clair et poudreux et présente une élevure centrale, blanchâtre, surmontée de touffes aériennes de mycélium et duquel irradient de légères stries. Le revers est jaune clair et marron au centre. La croissance fait légèrement augmenter le pH final (pH final 6,5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu CYA (pH 5,5) La croissance des colonies est lente. Le thalle est visqueux, de couleur rosée avec une élevure au centre, surmontée de touffes mycéliennes aériennes et duquel irradient des stries. Le revers est rosé avec des plis très marqués. La croissance de la souche ne change pas le pH du milieu (pH final 6,5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C





Chrysosporim pannorum ne se développe pas à 37°C.


Développement sur différents matériaux

Sur la toile et le coton, la présence de Chrysosporium pannorim est difficile à observer et croit lentement. La toile est visqueuse sur son ensemble et le coton présente quelques touffes de mycélium blanc à ses extrémités. En revanche, le papier en linters de coton est attaqué par ses contours, colorés par une pigmentation jaune vive entourée de touffes de mycélium blanches en formation sur les rebords.



 
Biologie

Aw : 0.72, espèce halotolérante.

Chrysosporium pannorum est une espèce psychrophile : sa température optimale de croissance est 18°C, sa température maximale est de 26-30°C et elle est adaptée pour pousser à des températures basses, en dessous de 0°C et jusqu’à -5°C. Les colonies sont généralement lentes à pousser.

Le pH optimal pour sa croissance est entre 3 et 4.  

Chrysosporium pannorum est une espèce halotolérante. Son maximum de croissance se situe dans des milieux ayant concentrations saliques identiques à l’eau de mer, mais elle peut continuer à pousser à des concentrations saliques trois fois plus élevées.

Sa croissance est stimulée par le sucre



 
Biochimie

Chrysosporium pannorum est capable de dégrader la cellulose, l’amidon et l’inuline.

Elle utilise les éléments suivant comme source de carbone :

  • Amidon
  • Glucose
  • Inuline
  • Mannose
  • Pectine 

Elle est capable de dégrader les organophosphonates comme source de phosphore.



 
Bibliographie

Botton B, Breton A, Fevre M, Guy Ph., Larpent JP, Veau P, (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Masson Ed. Paris, 127.

Chabasse D, Bouchara J Ph, Brun S, (Mars 2002), Les moisissures d’intérêt médical, Cahiers de formation, biologie médicale n°25, Laboratoire de Parasitologie Mycologie du CHU d’Angers, p. 76-77.

Christen-Zaech S, Patel S, Mancini AJ, (2008) Recurrent cutaneous Geomyces pannorum infection in three brothers with ichthyosis. Journal of the American Academy of Dermatology, volume 59, n°5, Supplement 1, 112-113.

Domsch KH, Gams W, (1993) Compendium of soil fungi. IHW verlag, 196-198.

Hocquette A, Gondrin M, Bertout S, Maillié M, (2005) Les champignons des genres Acremonium, Beauveria, Chrysosporium, Fusarium, Onychocola, Paecilomyces, Penicillium, Scedosporium et Scopulariopsis resoibsabkes de hyalohyphomycoses. Journal de mycology médicale 15, 136-149.

Pitt JI, Hocking AD, (1999) Fungi and food spoilage. A. Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Maryland, Second edition, 426.

Rong X, Masatoshi T, Shoichi T, (1988) Inulinase from Chrysosporium pannorum. Journal of Fermentation Technology, Volume 66, n°5, 553-558/