Recherche Mots Clés
 

Cladosporium malorum

Microscope
Anamorphe
Cladosporium malorum Rûhle

Synonyme

Alternaria malorum Crous & Dugan
Chalastospora gossypii Braun & Crous
Cladosporium porophorum Matsush
Phaeoramularia kellermaniana Marasas & Bredell



 
Généralité

Cladosorium malorum n’est pas un vrai cladosporium et a été répertorié dans le genre Alternaria depuis 2003 même si la nomenclature est restée la même. Cette espèce est saprophyte et  appartient à la division des deutéromycètes. Elle est cosmopolite, isolée depuis le Canada et les Etats-Unis, jusqu’en Asie et en Afrique mais elle est considérée comme relativement rare.

Elle a été isolée sur les substrats suivants.

  • blé
  • bois
  • céréales
  • coton
  • fruits
  •  fruits frais (fraises, tomates, pommes)
  • graines
  • laine
  • légumes (Pois chiche)
  •  litière
  •  papier
  • plantes
  • poussière, détritus
  • sols

Elle peut être pathogène pour certains légumes, notamment les pommes et les cerises, et à moindre mesure de certaines plantes.

 

 


 
Substrats
 
Pathologies
 
Enzymes
 
Description et croissance

Sur le milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5)

Thalle blanc, cotonneux avec un motif en dentelle. Il est d’abord blanc puis sécrète un exsudat gris foncé-noir. Un pigment brun-olive diffuse dans le milieu. Le revers est noir avec des contours orange. Conidiophores légèrement géniculés, sans ramifications, mesurant 5–50 x 2–5 μm. La croissance est sympodiale. Les conidies se forment par des chaines acropétales simples. Elles sont ellipsoïdales ou ovoïdes et mesurent 6–10 x 2–4 μm. Le pH du milieu est acidifié par la présence de Cladosporim malorum au bout de 21 jours de culture (pH final 4,5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu Czapeck (CZ) (pH 5,5). Le thalle est blanc, laineux, rosé sur les bords, avec une surélévation centrale et des touffes blanches de mycélium aérien. Le revers est orange, lisse et noir au centre. La croissance augmente légèrement le pH (pH final 6,5)



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu CYA (pH 5,5) Le thalle présente un motif de dentelle. Il est d'abord blanc puis sécrète un exsudat gris foncé-noir qui diffuse sur l'intégralité de la moisissure. Elle finit par devenir entièrement noire. Un pigment brun diffuse dans le milieu. Le revers est noir. Le pH demeure inchangé dans le milieu pendant la croissance (pH final 5,5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C





Cladosporium malorum ne se développe pas à 37°C


 
Biologie

Cladosporium malorum croit dans des conditions optimales à 25°C.

Ses parois cellulaires sont riches en mélanine ce qui lui permet une protection contre la lumière UV et la dessiccation.



 
Biochimie

Cladosporium sphaerospermum est capable de dégrader le glucose, le sucrose, l’amidon et la cellulose.

Elle utilise les éléments suivant comme source de carbone :

  • Amidon
  • cellulose
  • Glucose
  • Pectine
  • Polyphénols solubles
  • Saccharose
  • Sucrose

Composés synthétisés :

  • exsudats noirs
  • infectopyrone
  • macrosporine
  • pigments de diffusion bruns



 
Bibliographie

Botton B, Breton A, Fevre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P, (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Masson Ed. Paris, 127.

Braun U, Crous W, Dugan F, Groenewald J Z, De Hoog G, (2003) Phylogeny and taxonomy of Cladosporium-like hyphomycetes, including Davidiella gen. nov., the teleomorph of Cladosporium s. str. Mycological Progress 2 (1), 3-18.

Crous W, Braun U, (2009) Phylogeny and taxonomy of obscure genera of microfungi, Persoonia 22, 139-161.

Domsch KH, Gams W, (1993) Compendium of soil fungi. IHW verlag, 196-198.

Goetz J, Dugan F, (2006) Alternaria malorum : A Min-Review with New Records for Hosts and Pathogenicity. Pacific Northwest Fungi, Volume 1, n°3, 1-8.

Misra J, Tewaris S, Deshmukh K, (2012) Systematics and evolution of fungi. CRC press, British Channel Islands, 317.

Pitt JI, Hocking AD, (1999) Fungi and food spoilage. A. Chapman and Hall Food Science Book, Aspen Publication, Gaithersburg, Maryland, Second edition, 426.