Recherche Mots Clés
 

Beauveria alba

Microscope

Anamorphe
Beauveria alba (Limber)Saccas

Synonyme

Engyodontium album (Limber) de Hoog
Engyodontium albus (Limber) de Hoog
Tritirachium album Limber



 
Généralité

Beauveria alba est un deutéromycète cosmopolite et ubiquiste (plantes, débris végétaux, sol). Il est parfois entomopathogène ou pathogène. Il est surtout retrouvé dans les environnements intérieurs et il est très fréquent dans l’air.

Cette espèce a été isolée de substrats et habitats divers, entre autres :

  • caves
  • cheveux
  • coton
  •  cuir
  • derme humain
  • eaux : eau courante, eau salée
  • expectorations humaines
  •  jute
  •  laine
  • linon
  •  milieux marins
  •  narines de chevaux
  • nids d’oiseaux (plumes et pelotes)
  • papiers
  • peinture
  •  poussière, détritus
  •  végétaux
  •  verre
  •  sols

 


 
Substrats
 
Enzymes
 
Description et croissance

Sur le milieu Malt-Agar (MA) (pH 6,5) Le thalle est floconneux, blanc. Des filaments fertiles sont dressés, portant à angle droit les cellules conidiogènes isolées ou groupées par 2-3 sur une ramification latérale. Les cellules conidiogènes sont fusiformes à cylindriques à la base, 10-24 x 1,5-2,5 µm de long, à rachis géniculé et denticulé atteignant jusqu’à 35 µm de long. Conidies hyalines, lisses, subglobuleuses, 1,5-3,5 x 1,5-3µm. La croissance de Beauveria alba acidifie le milieu de culture (pH final 5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu Czapeck (CZ) (pH 5,5) Le thalle est blanc, floconneux, poudreux, avec des touffes aériennes de mycélium. Le revers est blanc, crème et uniforme. Sa croissance acidifie le milieu de culture (pH final 4,5).

 



recto - 26°C

verso - 26°C

Sur le milieu CYA (pH 5,5) Le thalle est blanc, visqueux, cotonneux. Le revers est jaunâtre avec une diffusion centrale de thalle blanc. Beauvaria alba ne change pas le pH final du milieu de culture.



recto - 26°C

verso - 26°C





B. alba ne se développe pas à 37°C


Développement sur différents matériaux

B. alba croit sur le coton, le papier en linters de coton et la toile, tous les trois couverts de touffes aériennes de mycélium blanc. Pour le coton, l'observation à la loupe montre l'insertion des hyphes entre les mailles du textile sur l'intégralité de l'échantillon. Il était entièrement recouvert de mycélium au bout du 10ème jour après ensemencement. Pour le linters de coton, seulement les rebords de l'échantillon sont couverts de moisissures. La colonie s'y est développée à partir du 13ème jour. Le Step 2 semble moins épais et de coloration plus foncée et translucide que pour le témoin suite à la contamination. Sur la toile, la souche semble s'être très bien développée. Elle est intégralement recouverte d'un épais mycélium blanc laineux qui dissimule les mailles dès le 9ème jour.



 
Biologie

Beauveria alba est une espèce alcalophile et halotolérante. Sa température optimale de croissance se situe entre 20 et 25°C mais elle ne pousse pas au-dessus de 30°C.



 
Biochimie

L’espèce est capable de dégrader la cellulose, l’amidon.Elle utilise les éléments suivant comme source de carbone :

  • amidon
  • arabinose
  • cellulose
  • d-tarabitol
  • dulcitol
  • erythrithol
  • fructose
  • galactose
  • glucose
  • glycerol
  • inositol
  • maltose
  • mannitol  
  • mannose
  • ribose
  • sorbose
  • sucrose



 
Bibliographie

Botton B, Breton A, Fevre M, Guy Ph, Larpent JP, Veau P, (1985) Moisissures utiles et nuisibles. Importance industrielle. Masson Ed. Paris, 121.

Chellappan S, Jasmin C, Basheer S, Elyas K, Bhat S, Chandrasekaran M,  (2006) Production, purification and partial characterization of a novel protease from marine Engyodontium album BTMFS10 under solid state fermentation. Process Biochemistry, Volume 41, Issue 4, 956–961.

Fernandes E, Rangel D, Bahiense TC, Moraes AML, Roberts DW, Bittencourt VREP, (2011) An intensive search for promising fungal biological control agents of ticks, particularly Rhipicephalus microplus. Veterinary Parasitology 182, 307– 318.

Fernandes E, Rangel DMoraes AML, Roberts DW, Bittencourt VREP, (2008) Cold activity of Beauveria and Metarhizium, and thermotolerance of Beauveria. Journal of Invertebrate Pathology, Volume 98, N° 1, 69–78.

Fernandes E, Rangel DMoraes A ML, Roberts DW, Bittencourt VREP, (2007) Variability in tolerance to UV-B radiation among Beauveria spp. Isolates, Journal of Invertebrate. Pathology, Volume 96, Issue 3, 237–243.

Hocquette A, Gondrin M, Bertout S, Maillié M, (2005) Les champignons des genres Acremonium, Beauveria, Chrysosporium, Fusarium, Onychocola, Paecilomyces, Penicillium, Scedosporium et Scopulariopsis resoibsabkes de hyalohyphomycoses. Journal de mycology médicale 15, 136-149.

Mugnai L, Bridge P, Hevans H, (1989) A chemotaxonomic evaluation of the genus Beauveria. Mycological Research, Volume 92, Issue 2, 199–209.

Saenger W, (2010) « Chapter 714 – Proteinase K » in Handbook of Proteolytic Enzymes (Third Edition), Volume 3, 3240–3242.